• Chapitre 18 - Dessine moi un rêve

    3 février 1972

    Cher Journal,

    Madame nous a annoncé, un matin qu'elle allait vendre la maison, et qu'elle allait partir à la campagne, avec Mademoiselle Juliette. Nous étions tous triste, mais elle nous a dit que cette maison lui rappelait trop son mari, elle qu'elle ne pouvais pas vivre dans un endroit qui lui rappelait que des moments de joie. 

     

    Mademoiselle Juliette m'a promis que elle et moi, nous nous reverrons, elle m'a dit que dès qu'elle sera installé, je pourrais lui rendre visite au temps que je veux. Pour ma part, j'ai accepté la proposition de Monsieur Nathaniel. Au début, j'ai pensé que j'allais vivre comme chez les Forestiers, dans un petite chambre. Mais au contraire, j'ai eu le droit à une vraie chambre, je pense dire que quand ça fait plus de 1 an que vous avez pas vécu dans une chambre aussi grande, ça fait vraiment bizarre, mais j'ai réussi à m'y habitué... 

     

    La vie a reprit son cours, on ne parle plus de la famille Forestiers, même si elle reste dans ma tête et que je pense souvent à Mademoiselle Juliette et Madame. Je n'ai peu eu beaucoup de nouvelle d'elles depuis ce matin là, mais je pense qu'elles sont en train de s'installer, je sais qu'elle vont bien, je suis sûr que Madame est heureuse maintenant et que Mademoiselle Juliette a retrouvé le sourire, j'en suis sûr...

    Comparé à avant aussi, je vais souvent aidé en cuisine, même si je suis pas obliger. Je ne peux pas vraiment obliger la vie que j'ai vécu pendant 1 an, je suis quand même heureuse, je sais que je ne peux pas obliger cette vie, alors je vais quand même quelques actions qui me rappelle ma vie d'avant, celle de servante...

     

    Parlons un peu rêve maintenant, j'ai l'impression que mon rêve est devenu... réelle. Si tout mes rêves deviennent réelle, alors j'espère que Monsieur Nathaniel va bientôt me demander en mariage ( allez au chapitre 20 ) ou d'habiter avec lui autre part qu'à Londres ( allez au chapitre 19 )

    Mais bon ce ne sont que des rêves, la réalité est très bien comme elle est...

     

    A bientôt cher Journal,

    Lucy Handerman


  • Comments

    No comments yet

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Add comment

    Name / User name:

    E-mail (optional):

    Website (optional):

    Comment: